6 exercices d'orthophonie pour faciliter la prononciation chez son enfant!

Voici les 6 trucs d'une orthophoniste pour aider les enfants qui ont de la difficulté à prononcer certains sons.

Pour aider les parents ou intervenants à rendre les exercices de prononciation amusants, Caroline Martin, une orthophoniste et auteure, a conçu une série de livres magnétiques. Ces livres accompagnés de pièces manipulables permettent de garder l'attention de l'enfant plus longtemps. Ils encouragent l'interactivité et facilitent ainsi l'intégration des acquis.

1-Vous pouvez stimuler la conscience phonologique des enfants et l’éveil aux sons de la langue en regardant avec eux les livres de la collection prononciation.

Dans un premier temps, tout en regardant le livre avec l'enfant, vous pouvez vous-même mettre l’emphase sur le son spécifiquement ciblé.  Ceci rend saillant le son ciblé via un 'bombardement' auditif de ce son.  Chaque livre de la collection 'prononciation' cible un son spécifique, et ce dans une position de mot (début, milieu ou fin de mot).

Par exemple, vous pouvez stimuler l’éveil du son ‘f’ en accentuant le son chaque fois qu’il est dans le mot.

Ex. : "La fffourmi sent une fffleur, La fffourmi joue de la ffflûte, La fffourmi met un fffoulard…"

Pour tous les enfants, une bonne conscience phonologique est un bon tremplin vers les habiletés de pré lecture.

 

2-Vous pouvez également attirer l’attention de l’enfant sur la façon de placer ses articulateurs pour produire le son. 

 

Dans le cas du son ‘f’, il faut placer les dents du haut sur la lèvre du bas et projeter l’air.  Vous pouvez placer le picto près de votre visage et verbaliser à l'enfant : ''Entends-tu le son ‘f’ dans fffourmi…  Je place mes dents comme ça... pour faire le son ‘f’ dans ‘fffourmi’.  Toi, comment places-tu tes dents?  Wow, tu es capable de les placer comme moi!"


Un enfant qui est capable de produire un son en isolé peut rencontrer des difficultés à le produire dans ses productions plus spontanées. 

 


Il peut avoir besoin de micro-graduer la progression lui permettant de passer du son isolé, aux mots isolés (d'abord un mot répétitif, puis ensuite des mots variables), aux phrases structurées puis aux phrases en contexte de discours spontané.  Nos livres aident à travailler cette progression tout en s’amusant. 

 

3- Stimuler un son dans un mot isolé qui est répétitif d'une page à l'autre. 

 

Nos livres permettent de stimuler un son dans un mot isolé très répétitif tout au long de l'activité.  C’est le cas du sujet qui revient sur chaque page.  Vous pouvez stimuler la production du mot en isolé de façon répétée en demandant à l’enfant de produire le mot pour obtenir l’aimant et ensuite la placer dans le livre.  

Avec le livre de la fourmi, vous pouvez structurer l'activité pour que l'enfant n'ait qu'à dire le mot ’fffourmi' en lui présentant seulement ce pictogramme.

Selon votre enfant, les difficultés pourraient être normales pour son âge,  mais peut-être qu’une consultation en orthophonie vous serait utile.         

Maintenant que nous avons vu comment stimuler un mot isolé répétitif avec nos livres, ajoutons des variances…

4- Stimuler un son en contexte de mot isolé qui varie d’une page à l’autre. 

Les noms compléments de chaque page de nos livres maintiennent l'objectif de prononciation ciblé par le livre.  Montrez seulement cet aimant à l'enfant pour qu'il ait à dire ce mot uniquement.  

Ici on a : "fffleur, fffoulard, fffeu, fffenêtre..."

Attention, lorsqu'on travaille un son, les rétroactions de l’adulte doivent être en lien avec ce son ciblé et non pas sur tous les autres sons qui composent le mot.  Ceci permet à l’enfant de mettre son énergie au bon endroit.  Si vous ciblez le son 'f', vous pourriez donc féliciter l'enfant qui dirait 'foumi' pour avoir bien placé ses dents pour le son ciblé même s'il a omis le 'R' .  Dans le même ordre d'idée, si vous utilisez le livre de la fourmi pour stimuler le son 'f' et que l'enfant omet ou transforme le 'l' dans 'flûte', vous pouvez tout de même le féliciter d'avoir bien placé ses dents pour faire le son 'f' (soyez précis dans vos rétroactions). 

En ce qui concerne les demandes de corrections, si on veut que l’enfant poursuive l’activité, vaut mieux éviter de le surcharger de demandes de corrections au-delà de ses capacités.  Si vous voyez que votre exigence est trop élevée quant à ses capacités, contentez-vous de lui donner les bons modèles sans avoir d'attentes de productions de sa part.   Il est recommandé de choisir un niveau de difficulté langagier permettant à l'adulte de donner 8-9 rétroactions positives concernant l'objectif ciblé sur 10 productions de l'enfant et 1-2 demandes de corrections.

5- Stimuler le son ciblé dans des mots maîtrisés en isolé, mais cette fois-ci dans un contexte de production de phrases structurées.

Les livres permettent ensuite de stimuler le son ciblé dans des mots déjà travaillés, mais cette fois-ci en contexte de phrase, ce qui représente un degré de difficulté supplémentaire.

Par exemple, on a : "La fffourmi joue de la fffflûte." et "La fffourmi met un fffoulard…"

Continuez de donner des rétroactions spécifiques à l'enfant.  Au besoin, donnez-lui quelques indices pour lui rappeler ce qui est attendu de sa part.  Exemple d'indices : prenez votre tour de rôle dans l'activité et continuez de mettre l'emphase sur le son travaillé, placez votre bouche comme vous souhaitez que l'enfant place sa bouche pour produire le son, verbalisez les trucs qui ont pu être aidante pour l'enfant dans les étapes précédentes.

6- Stimuler le son ciblé dans un contexte de production d’énoncés plus spontanés.

Les pages du livre contiennent des éléments supplémentaires contenant le son ciblé pouvant susciter des commentaires plus spontanés et des énoncés non structurés.

Par exemple, "As-tu vu ce que la fffourmi a sur la tête… elle porte un chapeau de fffête…  C’est peut-être la fffête de la fffourmi?  Bonne fffête fffourmi!"

Autre exemple : "Ah non! La fffourmi met son fffoulard, crois-tu qu’elle a chaud???  Non… elle a très fffroid."

Ces conseils généraux ne remplacent certainement pas une évaluation et un suivi avec une orthophoniste, mais ils peuvent peut-être vous aider à comprendre les micro-progression parfois nécessaires pour que l’enfant acquiert la production d’un son en discours spontané. 

Il est normal que les enfants ne produisent pas certains sons selon certains groupes d’âge. Il est préférable d’avoir recours à une orthophoniste pour placer les sons lorsque la situation ne se corrige pas d’elle-même.  Plusieurs facteurs peuvent être en cause et seule l’orthophoniste est en mesure de les identifier et de faire un plan pour y remédier.  L’orthophoniste pourra entre autre vous orienter vers les sons et structures syllabiques à prioriser avec VOTRE enfant.

L’orthophoniste qui connaît votre enfant demeure la mieux placée pour vous guider.

 

 

 

 

 
 
 

Rien de mieux qu'une vidéo pour vous guider!

 
Caroline MartinComment